VMC simple flux : prix en Belgique, avantages et informations importantes

Une VMC simple flux (ventilation mécanique contrôlée simple flux) est un système complet qui sert à filtrer l’air ambiant, afin de le rendre plus pur, au sein d’un logement. Nous allons aborder dans cet article le fonctionnement général d’une VMC simple flux, les prix en Belgique, les différences qu’il y a entre une VMC simple ou double flux, ainsi que les différents avantages ou inconvénients d’une telle installation.

vmc simple flux prix belgique

Quel est le prix d’une VMC simple flux en Belgique ?

Le prix d’une VMC simple flux à installer soi-même varie entre 60 et 400 euros. Le prix global pour la pose par un professionnel, quant à lui, se situe entre 700 et 2 000 euros.

Ce sont des fourchettes assez larges qui vont dépendre de divers facteurs que nous allons détailler ici. Le choix du type de la VMC, autoréglable ou hygroréglable, le nombre de bouches, la puissance ou encore la marque du produit influeront évidemment sur le prix.

À titre d’exemple, vous pouvez trouver des VMC simple flux autoréglables, de la marque Aldes ou Atlantic, à moins de 150 euros et des VMC hygroréglables, dans les mêmes marques, pour moins de 350 euros.

La main d’œuvre jouera également un rôle majeur dans le coût final, vous pourrez vous charger vous-même de l’installation ou décider de faire appel à un professionnel.

Le lieu de pose (maison, bâtiment, villa), la présence d’étages ou non, pourra aussi faire varier le montant selon la complexité de l’installation.

Pour effectuer une comparaison concrète et correcte des prix des vmc simple flux en Belgique, il est bon de demander des devis à plusieurs installateurs. Ainsi, vous pouvez facilement comparer les conseils et les prix et découvrir l’offre la plus avantageuse. Grâce à Ventilation.be, vous pouvez demander des prix sur mesure, gratuitement et sans engagement, pour l’installation d’un système de ventilation. Contactez-nous pour recevoir des prix adaptés à votre domicile.

Quelles primes pour l’installation d’une VMC simple flux en Belgique ?

La Belgique encourage ses citoyens à entreprendre des travaux de rénovation énergétique. De ce fait, en fonction des travaux effectués et, selon votre région, vous pouvez bénéficier d’une prime pour l’installation d’une VMC :

 

En Flandre

En Flandre, sept travaux de rénovation énergétique (isolation du toit, des murs ou du sol, vitrage à haut rendement, chauffe-eau solaire, pompe à chaleur, système de ventilation) permettent d’être éligible au bonus de rénovation totale. Pour pouvoir en bénéficier, il faut que la pose de votre VMC se combine avec deux autres travaux dans la liste dans une période de cinq ans ce qui vous donne droit à une prime de 1 250 euros et celle-ci peut même grimper jusqu’à 4 750 euros si vous réalisez les sept investissements.

En Flandre

En Flandre, sept travaux de rénovation énergétique (isolation du toit, des murs ou du sol, vitrage à haut rendement, chauffe-eau solaire, pompe à chaleur, système de ventilation) permettent d’être éligible au bonus de rénovation totale. Pour pouvoir en bénéficier, il faut que la pose de votre VMC se combine avec deux autres travaux dans la liste dans une période de cinq ans ce qui vous donne droit à une prime de 1 250 euros et celle-ci peut même grimper jusqu’à 4 750 euros si vous réalisez les sept investissements.

À Bruxelles

à Bruxelles, pour l’installation d’une VMC, qu’elle soit simple flux ou double flux, vous bénéficiez de la prime B5 qui vous accorde un montant compris entre 1 250 et 3 500 euros. De plus, pour tous les immeubles se trouvant en EDRLR (espace de développement renforcé du logement et de la rénovation) et en ZRU (zone de rénovation urbaine), la somme octroyée sera majorée de 10 %. 

Comment fonctionne une ventilation mécanique simple flux ?

Une VMC simple flux est un dispositif relativement simple et efficace qui permet de renouveler l’air ambiant à l’intérieur d’une habitation. Des entrées d’air sont placées dans les pièces sèches, les lieux de vie, tandis que des bouches d’extraction sont, elles, placées dans les pièces humides (cuisine, salle de bain, toilette), un système de gaines relie le tout au moteur de la VMC qu’on place généralement dans les combles.

Un extracteur électrique, une sorte de ventilateur à rotation inversée, se charge d’aspirer l’air humide et vicié des pièces et de l’évacuer, ensuite, par une sortie de toiture.

Cette aspiration crée une dépression qui permet à l’air extérieur, plus pur, de pénétrer dans le logement par les entrées d’air et ainsi d’assurer l’élimination des polluants et de l’humidité.

vmc simple flux par pulsion

Les différents systèmes de VMC simple flux

Il existe trois modèles différents de ventilation contrôlée mécanique simple flux, le modèle le plus courant dit autoréglable et les modèles hygroréglables de type A ou de type B. La différence majeure se situe dans le fait que les VMC autoréglables assurent le renouvellement de l’air avec un débit constant tandis que les VMC hygroréglables prennent en compte la température et le niveau d’humidité des pièces et se régulent avec la pression.

La VMC simple flux autoréglable

La technologie autoréglable ne s’adapte pas à l’air ambiant, vous devez régler les entrées d’air et les bouches d’extraction du système à l’installation en fonction du nombre de pièces et des besoins des occupants de l’habitation. Le système est souvent doté de deux vitesses pour pouvoir augmenter le débit d’extraction en cas d’activité particulièrement polluante.

Sur certains modèles, dotés d’un hygrostat, le changement de vitesse se fait automatiquement en réglant un seuil d’humidité limite à ne pas dépasser et sur d’autres le changement doit se faire manuellement.

Très fiable et relativement facile à installer pour peu que vous bricoliez un minimum, c’est le système de VMC le moins cher à l’achat et, par conséquent, le système de ventilation le plus utilisé en rénovation.

C’est un modèle de VMC qui nécessite peu d’entretien et qui est silencieux en vitesse standard puisque le moteur est placé dans les combles.

Les VMC simple flux hygroréglable A et B

La VMC hygroréglable de type A possède des entrées d’air autoréglables mais elle est équipée de bouches d’extraction hygroréglables. La régulation du débit de l’air se fait automatiquement, dans les pièces où les bouches sont placées, en fonction du taux d’humidité mesuré dans l’air ambiant.

Les bouches sont munies de clapets qui s’ouvrent plus ou moins selon le taux d’hygrométrie (mesure du degré d’humidité dans l’air) relevé. Cette VMC étant moins performante que son homologue, on la destine, généralement, plutôt aux logements tertiaires.

La VMC hygroréglable de type B fonctionne, sur le principe, exactement comme le type A mais avec une efficacité accrue puisqu’elle possède des entrées d’air et des bouches d’extraction hygroréglables ce qui signifie qu’elle régule le débit d’air dans toutes les pièces et adapte totalement le renouvellement de l’air au taux d’humidité dans toute l’habitation. En raison de son efficacité, on installe plutôt ce système de ventilation dans les maisons ou les appartements neufs ou relativement récents.

Les VMC hygroréglables modulent la quantité d’air frais qui entre dans le logement en fonction de l’humidité mesurée dans l’air et diminuent donc les besoins en chauffage en plus de limiter les courants d’air. C’est un système de ventilation qui reste globalement peu coûteux et facile à entretenir.

Avantages et inconvénients d’une VMC simple flux

Avantages de la vmc simple flux

    • C’est un équipement facile à installer et peu encombrant qui convient très bien pour de la rénovation ou des locaux tertiaires.
    • Une ventilation mécanique contrôlée simple flux demande peu d’entretien.
    • C’est un système de VMC efficace dont le prix reste abordable par rapport à une VMC double flux.
    • La VMC simple flux, si elle est hygroréglable, s’adapte au taux d’humidité ambiant ce qui permet de réduire les pertes de chaleur.
    • C’est un modèle de ventilation qui nécessite une faible consommation en électricité.

Inconvénients

    • La VMC simple flux, surtout si elle est autoréglable, entraîne des déperditions de chaleur assez importantes induites par le fait que la VMC fonctionne en continu avec un débit constant.
    • Les entrées d’air de la VMC favorisent les bruits extérieurs et les courants d’air surtout au niveau des fenêtres.
    • C’est un système qui n’est pas adapté dans les lieux trop bruyants ou trop pollués.

VMC simple ou double flux ?

Une VMC double flux s’installe dans des habitations très bien isolées, voire hermétiques ou très performantes au niveau énergétique.

Nous avons vu précédemment qu’une VMC simple flux extrait l’air vicié intérieur pour le remplacer par l’air frais extérieur ce qui assainit les pièces, mais ne garantit pas une pureté optimale puisque l’air extérieur peut, lui aussi, être chargé par la pollution ou divers agents allergènes.

La pureté de l’air réinsufflé dans votre habitation est, de ce fait, dépendante de la qualité de l’air extérieur. Une VMC double flux va opérer les mêmes fonctions, mais elle se chargera, en plus, de filtrer l’air extérieur pour éliminer les impuretés (pollen, microparticules, bactéries…), d’où l’appellation de double flux, pour réinjecter, ensuite, cet air épuré dans les pièces de vie du logement.

Une étude menée par Octopus Lab en 2018 démontre que l’utilisation d’une VMC double flux divise les concentrations de COV (composés organiques volatiles) et de CO2 par 4 par rapport à une VMC simple flux.

C’est également un système de ventilation qui régule la température de l’air ambiant en fonction de la température extérieure, il préchauffe l’air en période hivernale et le refroidit pendant l’été, ce qui permet une baisse conséquente de la consommation énergétique sur le chauffage.

La technologie double flux est donc un système plus complet que le simple flux et permet, en plus d’éliminer l’air pollué, de le purifier et d’améliorer la qualité de l’air intérieur de manière significative.

Comment se passe l’installation ?

Le caisson de la VMC

Le caisson est, généralement, installé dans les combles, ça permet d’isoler les gaines et d’éviter l’apparition de condensation si les températures extérieures deviennent trop basses ou si on arrête la VMC simple flux pendant une longue période sans compter que ça permet également d’isoler le bruit du moteur.

Le diamètre de sortie de la toiture doit être au moins égal, ou éventuellement supérieur, au diamètre de sortie du caisson de la VMC, le diamètre le plus couramment utilisé étant 160 mm.

Les entrées d’air et les bouches d’extraction

Les entrées d’air seront installées dans les pièces principales (chambre, salon, bureau, salle de séjour) tandis que les bouches d’extraction seront placées dans les pièces de service (cuisine, salle de bain, toilette). Idéalement, les grilles d’entrée d’air seront positionnées au-dessus des fenêtres ou sur le caisson des volets roulants, il est en revanche recommandé de ne pas percer les entrées d’air directement dans les ouvrants.

Les vitesses de la VMC

Les VMC possèdent, le plus souvent, deux vitesses, réglables manuellement ou automatisés par le biais d’un hygrostat, veillez donc à rendre ce système accessible lors de l’installation.

L’installation d’une VMC simple flux reste accessible à un bricoleur confirmé mais demande, néanmoins, un minimum de compétences et de temps. N’hésitez pas à faire appel à un professionnel certifié pour vous faciliter le travail, éviter tout problème éventuel et vous assurer que la pose sera parfaite.

    Comment se passe l’entretien ?

    Il est important d’entretenir votre système de ventilation régulièrement, une VMC mal entretenue peut devenir bruyante, mais risque surtout de dénaturer l’air ambiant du logement ce qui, au-delà du fait que ça pourrait causer une dégradation des murs ou des plafonds, pourrait aussi avoir des conséquences sur la santé de ses occupants.

    L’entretien d’une VMC simple flux est accessible pour un particulier même si vous pouvez, évidemment, faire appel à un professionnel.

    Nous conseillons de nettoyer les entrées d’air et les bouches d’extraction tous les 6 mois, généralement pendant les périodes d’automne et de printemps. Le caisson est à dépoussiérer tous les ans pour éviter son encrassement, le moment idéal pour le faire étant juste au début du printemps après une longue période d’hiver passée à l’intérieur.

    Pour les entrées d’air, il suffit de les retirer délicatement des fenêtres, d’enlever les mousses isolantes et de les nettoyer avec un chiffon légèrement humide ou un pinceau.

    Pour les bouches d’extraction, il faut les retirer du mur ou du plafond et les nettoyer avec un pinceau, un tissu en microfibres ou, le cas échéant, à l’eau savonneuse si elles sont vraiment grasses.

    Pour le caisson moteur, il faut retirer les saletés déposées autour et sur les pales du ventilateur à l’aide d’un chiffon, d’un pinceau ou d’un aspirateur à main. Avant d’intervenir sur le bloc-moteur, veillez toujours à couper l’alimentation électrique de la VMC.

    Devis gratuit pour l’installation d’une ventilation simple flux

    Si vous voulez vous assurer que votre système de vmc simple flux soit installé correctement, il est important que vous trouviez le bon professionnel. Grâce à notre service gratuit, nous pouvons vous aider à trouver un installateur spécialisé dans votre région et vous fournir des devis sans engagement de la part de trois professionnels différents. En demandant un devis dès aujourd’hui, vous aurez la tranquillité d’esprit de savoir que votre système de ventilation est pris en charge par des experts compétents qui ont été sélectionnés pour leur expertise sur ce type particulier d’installation !

    Devis gratuit et sans engagement

    2 + 10 =